L'alimentation et les ressources en eau

Nos ressources en eau

Les sources de Flammerans, de Poncey-les-Athée, du val Suzon ou de Morcueil sont hors du périmètre de la métropole. D’autres sont situées dans la métropole, comme les champs captants des Gorgets ou la nappe phréatique du Sud dijonnais. Cette dernière, soumise à la pollution des activités humaines (agriculture et viticulture, trafic automobile, activités industrielles…), a fait l’objet d’une attention particulière avec la mise en œuvre d’une nouvelle usine de production d’eau potable à Marsannay-la-Côte. Des investissements sont menés chaque année sur ces sites, mais également dans les huit unités de traitement par chloration et les 29 unités de stockage de l’eau, afin de garantir la qualité de l’eau produite. Par ailleurs, le programme visant à supprimer l’ensemble des branchements en plomb est toujours en cours : plus de 11 000 de ces branchements ont été remplacés, de manière à ne prendre aucun risque vis à vis du respect de la réglementation sur la teneur en plomb de l’eau potable. L’eau du robinet est bel et bien le produit alimentaire le plus surveillé !

Schéma de l'approvisionnement des eaux de Dijon sud

La sécurisation de la ressource

Les investissements réalisés permettent à la métropole d'améliorer la fiabilité de son réseau et ainsi de garantir l'alimentation d'une eau de qualité. La métropole de Dijon dispose de 12 captages pour son alimentation en eau potable. Les réservoirs de stockage ou château d'eau peuvent être alimentés à partir de plusieurs de ces captages, sollicités en fonction des capacités journalière de chacun dépendant du niveau des nappes. Sécuriser la ressource, c'est donc entretenir ces captages et l'ensemble des canalisations du réseau comme l'illustre cette vidéo des travaux réalisés à hauteur de 3,8 millions d'euros par Suez pour le captage de Poncey-lès-Athée en Saône (réalisée par Suez pour le compte de Dijon métropole).

Consultez le site de Suez Tout sur mon eau : démarches et conseils, l'eau dans la commune, les services en ligne...

Sécuriser la ressource, c'est aussi s'assurer un bon rendement de réseaux, c'est-à-dire un faible taux de fuites dues à d'éventuel mouvement de terrain et au vieillissement normal des canalisations. Chaque jour nos délégataires sont à l'œuvre pour diagnostiquer d'éventuelles fuites et identifier les travaux à effectuer pour l'entretien du réseau permettant de construire un programme ciblé de renouvellement des canalisations.

Champs captants de Poncey-les-Athée
Site de Sainte Foi
Usine de Poncey © C.Fouquin
Usine de Poncey © C.Fouquin
Réservoir de Valmy
Test de titre
Test description

La préservation de la ressource en eau

L'eau est un bien dont la qualité doit être préservée. Au delà des obligations réglementaires définissant des périmètres de protection autour des captages, la métropole a tenu à s'engager dans une politique globale de préservation de la qualité de ses ressources en eau. Préserver la qualité de ses ressources, c'est préparer l'avenir en s'assurant d'avoir demain toujours une eau de qualité.

Le principal outil de préservation sont des études d'aires d'alimentation de captage (AAC) reposant sur une démarche rigoureuse et scientifique. Elles se décomposent en quatre étapes : la première étape est une étude hydrogéologique permettant d'identifier, pour chaque captage son aire d'alimentation, c'est-à-dire la zone qui va alimenter ce captage. La deuxième étape étudie la vulnérabilité des zones de cette aire (distance par rapport au captage, perméabilité de chaque zone, etc...). La troisième étape est un diagnostic des pressions qui se construit avec l'ensemble des acteurs de l'aire d'alimentation de captage (collectivités, industriels, acteurs agricoles, acteurs économiques) de façon à identifier quels peuvent être les risques de pollutions. Ces études AAC aboutissent enfin dans une quatrième étape sur un plan d'actions, co-construit avec les acteurs du territoire, destiné à identifier les actions permettant de préserver la qualité de l'eau. Cette démarche globale et rigoureuse permet de dégager les actions adaptées à chaque risque, d'identifier le porteur approprié de chaque action. Parce que chaque acteur du territoire a la volonté d'apporter sa contribution à la préservation de notre environnement, l'ambition est aussi de fédérer les acteurs du territoire autour d'actions concertées et efficaces.

Le contrat pour la nappe Dijon-Sud 2016-2020

La Nappe de Dijon Sud est une ressource stratégique majeure aux portes de l’agglomération dijonnaise. Elle alimente en eau potable plus de 45 000 habitants. Avec une capacité de 15 millions de m3, cette ressource est exploitée depuis les années 1960 et présente des résidus de pollutions chroniques (pesticides, nitrates et traces d’hydrocarbures).

Le contrat pour la Nappe de Dijon Sud s’inscrit dans une démarche préventive visant la protection qualitative et quantitative de celle-ci. D’une durée de 6 ans (2016-2021), il est constitué de 40 actions volontaires et concertées des 20 partenaires pour un montant global de 7 M€.

Les objectifs du contrat peuvent se définir en trois catégories :
  • renforcer la gestion locale de l'eau en : améliorant nos connaissances
  • préserver quantitativement la ressource en eau en : réorganisant l'irrigation,sensibilisant à l'économie d'eau,améliorant l'hydromorphologie de la Cent Fonts, rechargeant la nappe via les eaux pluviales, améliorant les performance des réseaux d'eau potable
  • améliorer la qualité des eaux brutes en : réduisant les point de vulnérabilité pour la nappe, gérant les pollutions des eaux usées et pluviales, ayant des pratiques plus vertueuses en agriculture ainsi que dans la gestion, l'entretien des espaces verts et voies publiques, réduisant l'émission des substances dangereuses, protégeant les captages

Ce contrat est animé par l’InterCLE Vouge/Ouche. Il s’agit d’une instance de coordination et de concertation entre les acteurs suivants : l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse ; les institutions locales : conseil régional et départemental, chambre d’agriculture, chambre de commerce et d’industrie, association de protection de l’environnement ; l’Etat : DDT, DREAL, ARS ; les collectivités : gestionnaires de l’alimentation en eau potable qui prélèvent dans la nappe (CC de Gevrey Chambertin, CC du Sud Dijonnais, CU du Grand Dijon) ; les syndicats de rivières : Syndicat du Bassin Versant de la Vouge (SBV) et Syndicat du Bassin Versant de l’Ouche (SBO) ; l’ETPB Saône & Doubs.

Le contrat, le descriptif des actions sont téléchargeables en pdf sur le site internet : www.bassinvouge.com/intercle

Les fichiers de la plaquette et des panneaux de communication présentant les objectifs et enjeux de la protection de cette ressource à votre disposition :

Panneau 1 - Etat des lieux

Format : PDF Poids :6,16 Mo

télécharger

Panneau 2 - Reconquérir, protéger

Format : PDF Poids :5,50 Mo

télécharger

Panneau 3 - Les actions

Format : PDF Poids :4,75 Mo

télécharger

Panneau 4 - Les actions

Format : PDF Poids :5,46 Mo

télécharger

[Pour d’éventuelles expositions, les panneaux de communication sont en libre accès de 1 à 2 semaines. Merci de contacter l’InterCLE si vous êtes intéressés]