Le traitement des déchets

Informations pratiques

 

Les tarifs

Les tarifs des unités de traitements

Format : PDF Poids :360,03 ko

télécharger

Unité de valorisation énergétique

Incinérer jusqu'à 18 tonnes de déchets par heure tout en produisant de l'électricité grâce à un turbo-alternateur et en alimentant le réseau de chaleur, c'est la prouesse dont peut se targuer l'unité de valorisation énergétique de la métropole, qui traite les déchets non recyclables de près de 90% de la population de Côte-d'Or. Pour parvenir à ce degré de performance, 18 millions d'euros ont été investis. Ils ont permis de remettre l'usine aux normes européennes, dès 2004. Et depuis 2006, un groupe turbo-alternateur transforme la chaleur produite par la combustion des déchets en énergie de récupération. L'opération a également permis de créer une unité de traitement des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI) issus des professionnels de la santé. Depuis 2008, l'usine est certifiée ISO 14001. Et en mai 2014, l’usine a été certifiée ISO 50001. Ces certifications attestent de l’engagement de la collectivité à diminuer ses impacts sur l’environnement et à améliorer la valorisation énergétique de son équipement industriel aux performances exemplaires.

Politique environnementale et énergétique de l'unité de valorisation de Dijon métropole

Format : PDF Poids :737,65 ko

télécharger

Gérée en régie directe par la métropole, l’unité de valorisation est une installation classée au titre de la protection de l’environnement et répondant, depuis fin 2004 aux normes édictées par l’arrêté ministériel sur l’incinération.

En 2019, 5 M€ seront investis afin de tripler l’énergie fournie au réseau de chaleur urbain (RCU). À terme, près de 150 GWh seront injectés chaque année dans le RCU de la métropole.

usine d'incinération

Rien ne se perd !
Les mâchefers, matériaux qui ne brûlent pas, et que l’on récupère en sortie du four, sont exploités jusqu’au bout. On en extrait les métaux, qui sont recyclés en sidérurgie et en industrie de l’aluminium. Le reste, les graves de mâchefers, peut être utilisé en toute sécurité pour des terrassements en travaux publics, après avoir maturé 6 mois à l’air libre. Dijon Métropole demande à ce que ces matériaux soient largement utilisés pour les chantiers publics. On en retrouve par exemple dans les sous-couches du Zénith et du centre d'exploitation et de maintenance tram-bus.

L'usine se visite !
Prenez rendez-vous, par groupe uniquement, en appelant le 03 80 76 40 76 (appels du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30).

La nécessité du tri

Après le choix réaffirmé de l’incinération, est venu un autre tournant dans la politique communautaire de gestion des déchets : celui du tri. Alors que la réglementation nationale impose aux collectivités de mettre en œuvre le tri pour réduire le volume de déchets incinérés ou enfouis et épargner les ressources naturelles en contribuant à la mise en œuvre de filières de recyclage, le tri des déchets au domicile est généralisé à toutes les communes et à tous les quartiers au début des années 2000. La métropole doit alors envisager la création de son propre centre de tri, où sont orientés les contenus des bacs jaunes. Ce centre, inauguré en 2007, permet d’éviter dorénavant que les déchets ne soient expédiés, par la route, vers d’autres équipements parfois éloignés, en l’occurrence, à Firminy, dans la Loire. Ce centre de tri complète les déchetteries aménagées au sein de la métropole fonctionnant sur le principe de l’apport volontaire. Certifié ISO 50 0001, le centre de tri de Dijon métropole a traité, sur 2018, 15 113 tonnes de déchets recyclables provenant de son territoire.

Alors que le tri est entré dans les habitudes, la métropole a développé des conventions permettant d’assurer un avenir à des déchets spécifiques : déchets électriques et électroniques, piles, pneus, médicaments, meubles et jouets sont adressés à des structures spécialisées. Dans le même temps, les établissements de santé bénéficient, pour leurs déchets à risque infectieux, d’un dispositif d’accueil spécifique et sécurisé créé au sein l’unité de valorisation énergétique, les Déchets d'Activités de Soins à Risques Infectieux.

L'éco-tri

Format : PDF Poids :864,41 ko

télécharger

Voir l'animation Comment va-t-on trier tous ces déchets

Le centre de tri se visite !
Prenez rendez-vous (groupe uniquement) en appelant le 03 80 76 49 90 (appels du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30).

centre de tri

5 déchetteries durables

Maillons essentiels du dispositif de traitement et de valorisation des déchets, les déchetteries permettent aux usagers de déposer tout ce qui est trop volumineux pour être collecté dans les bacs classiques, ou tout ce qui nécessite un traitement particulier (plaques de plâtre, huiles, déchets verts...). L'apport en déchetterie permet de valoriser de nombreux produits, car chaque type de déchets est ensuite acheminé vers la filière de traitement qui lui convient. C'est aussi un moyen de lutter contre les décharges sauvages, et donc de protéger notre environnement.

Les cinq déchetteries réservées aux particuliers, sont situées à Dijon, Quetigny, Chenôve, Marsannay-la-Côte et Longvic. Elles sont gratuites et ouvertes tous les jours. Pour localiser la déchetterie la plus proche de chez vous et connaître les horaires d'ouverture, rendez-vous sur le site Trionsnosdéchets.

Seules les déchetteries de Dijon et Longvic acceptent l’amiante-ciment et les pneumatiques.

Déchetteries, mode d'emploi

Format : PDF Poids :1,55 Mo

télécharger

déchetterie

Bon à savoir
L’accès est strictement réservé aux particuliers. Les véhicules admis sur le site sont limités en hauteur à 1,9 m, leur PTAC doit être inférieur à 3,5 T. Au-delà de cette hauteur, une demande d’autorisation d’accès est nécessaire en téléphonant au 03 80 76 40 76.

A noter
Une déchetterie pour les professionnels a ouvert ses portes, sur un terrain mis à disposition par la métropole dijonnaise au nord de Dijon. Elle est gérée par l'entreprise Bourgogne recyclage.

 

Qualité de l'air

Dijon métropole met tout en œuvre pour limiter la pollution atmosphérique, tram, écoquartier, réseau de chaleur. La réglementation impose l'élaboration d'un plan de protection de l'atmosphère qui concerne 15 communes de la métropole.

Retour de la nature

En quelques années, dans l'agglomération, les pratiques ont évolué vers une gestion plus douce du végétal et la disparition complète des phytosanitaires. Les multiples parcs, jardins et espaces verts dijonnais deviennent les laboratoires à ciel ouvert de l'écologie urbaine. Et pour végétaliser leur ville, les habitants sont mis à contribution !