Quels noms de rues pour la Cité de la gastronomie

Quatorze nouvelles voies verront le jour dans les prochaines années à Dijon dont quatre dans l’écoquartier de la Cité internationale de la gastronomie et du vin. La plupart des nouvelles artères se situent en périphérie, dans les nouveaux quartiers. La création de nouvelles rues dans le centre-ville est quelque chose d’assez rare.

nom_rue_CIGV

La Cité de la gastronomie est une opportunité de rendre hommage à des personnalités, hommes et femmes, qui ont marqué l’histoire de Dijon et de la France. Les allées de la Cité seront toutes piétonnes et l’une d’elles constituera une promenade le long de l’Ouche, dans le prolongement de la coulée verte existante.

PIERRE DUBOST, résistant, 1923-1942
Cet ajusteur-tourneur de l’usine lipton (actuel site du lycée le castel), résistant communiste du front national et de l’organisation spéciale, aurait participé le 10 janvier 1942 à l’attentat contre la soldatenheim, le foyer des soldats. Il fut condamné à mort à 19 ans le 29 juin 1942 pour « actes en faveur de l’ennemi » par le tribunal militaire de la feldkommandantur 669 de Dijon et fusillé le 6 juillet
suivant à 6h32.

ALICE GUY, première réalisatrice de l’histoire du cinéma, 1873-1968
Alice Guy, née le 1er juillet 1873 à saint-Mandé, est décédée le 24 mars 1968 à Wayne, dans le New Jersey, aux États-Inis. Avec La Fée aux choux, tourné en 1896, elle est la première réalisatrice de l’histoire du cinéma.

CLAUDINE PICARDET, linguiste et scientifique, 1735-1820
Née Poullet le 7 août 1735 à Dijon et décédée le 4 octobre 1820 à Paris, Claudine Picardet est chimiste, minéralogiste, météorologue et traductrice française d’ouvrages scientifiques.E en 1782, elle réside rue du Tillot et fait partie d’un cercle de savants issus de l’Académie de Dijon, dont Louis-Bernard Guyton
de Morveau, qu’elle épousera en 1798 et dont elle traduit les articles en plusieurs langues. le cercle de scientifiques qu’elle forme avec son mari milite pour l’accès des femmes aux sciences.

LÉON BOURGEOIS, président de la Société des nations et prix Nobel de la paix, 1851-1925
Né à Paris le 29 mai 1851 et mort au château d’Oger, dans la Marne, le 29 septembre 1925, Léon Bourgeois fut ministre de l’intérieur en 1890. Président du premier conseil de la société des nations le 16 janvier 1920, Léon Bourgeois est également le lauréat du prix Nobel de la paix en 1920.