Le vélo prend de la vitesse dans la métropole

Déplacements doux dans la métropole dijonnaise

Engagée depuis plusieurs années en faveur du développement des modes de déplacements doux, Dijon métropole a inscrit dans son PLUi-HD (Plan Local d’Urbanisme intercommunal-Habitat et Déplacements) l’objectif d’atteindre 12 % de la part du vélo dans les mobilités d’ici 2030. 

1,8 M€ sont consacrés à la création de ces nouveaux équipements pour la période fin 2020-début 2021 pour développer et faciliter l’usage de la petite reine sur le territoire métropolitain.

Agissant massivement pour le développement durable, Dijon métropole a initié, au travers des plans de déplacements urbains successifs (2001-2011 puis 2012-2020), de nouvelles actions en faveur de mobilités douces tournées vers les transports collectifs, les modes actifs et les mobilités partagées... Depuis 2016, elle propose par son délégataire de service public DiviaMobilités, géré par le groupe Keolis, une offre globale pour se déplacer : bus, tramway, services PMR, parkings, stationnement et vélos en libre-service…. Des actions spécifiques telles que les « cédez le passage cycliste » aux feux, l'extension du secteur piétonnier, l'installation d'arceaux de stationnement… ont aussi été mises en place pour faciliter l’usage du vélo.

Le vélo est véritablement le mode adapté pour des trajets de courte et de moyenne distances. Plus de 316 km d’aménagements cyclables ont été créés sur la métropole.

En lien avec le programme d’orientations et d’actions déplacements du PLUi-HD et en cohérence avec la stratégie nationale bas carbone, Dijon métropole poursuit l'aménagement d'un réseau cyclable intercommunal continu et sécurisé en traitant particulièrement les discontinuités cyclables.

4 opérations structurantes cyclables programmées dès la fin 2020 pour 1,8 M€ :

Les abords du site universitaire et sa liaison avec le centre-ville de Dijon

Les travaux consistent à établir une continuité cyclable confortable rue de Mirande, entre le boulevard Voltaire et la rue de la Raffinerie et à jalonner les rues peu fréquentées entre la rue de la Raffinerie et la rue des Planchettes pour en favoriser l'emprunt par les cyclistes. Pour faciliter l'accès à l'esplanade Érasme au sud, boulevard du Dr Petitjean et au nord, au niveau du parking Alain Savary, des aménagements sont également prévus ainsi que des couloirs bus / vélos sur les boulevard Mansart et Gabriel.
Travaux en cours (achèvement fin 2020/début 2021) - Coût : 215 000 € HT

La traversée du carrefour du 8 mai 1945 à Dijon

Au cœur du quartier des Grésilles, la requalification du carrefour du 8 mai 1945 à Dijon intègre l'intersection formée par l'avenue Champollion, la rue Castelnau et la rue Camille Claudel. Il s’agit de relier les différents itinéraires cyclables existants débouchant à cet endroit. La liaison métropolitaine Saint-Apollinaire – Dijon sera ainsi sécurisée dans son intégralité avec l'aménagement de pistes cyclables sur tout le pourtour du carrefour ainsi que sur l'îlot central. Outre la sécurisation des cyclistes, la situation des piétons sera améliorée et le site bénéficiera d’une végétalisation importante.
Travaux début 2021 - Coût : 500 000 € HT

La liaison Sennecey-lès-Dijon <> Quetigny et la liaison Quetigny <> Chevigny-Saint-Sauveur

Les liaisons cyclables métropolitaines entre Sennecey-lès-Dijon et Quetigny (Route de Chevigny) d'une part, et entre Quetigny et Chevigny-Saint-Sauveur (avenue de la Visitation) d'autre part, ont pour objectif de renforcer et de sécuriser les échanges entre les communes de l'Est dijonnais et de les rattacher aux itinéraires structurants déjà existants. La sécurisation sera réalisée par des pistes cyclables. Les aménagements sur la route de Chevigny seront l'occasion d'expérimenter les giratoires « hollandais » : le régime de priorité est favorable aux cycles afin de rendre ce mode de transport plus efficace et plus sécurisé.   
Travaux entre fin 2020 et début 2021 - Coûts : 800 000 € HT (Liaison Sennecey-lès-Dijon <> Quetigny) / 300 000 € HT (Liaison Quetigny <> Chevigny-Saint-Sauveur)

Ces opérations font l’objet de demandes de subventions auprès de la Région Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre du Contrat métropolitain et de fonds européens (FEDER).

Le vélo dans la métropole dijonnaise en chiffres

  • 316 kilomètres d’aménagements cyclables sur Dijon métropole (zones apaisées comprises : exemple rue du jardin des plantes) / 107 km sur la ville de Dijon
  • Soit 27 % de la voirie susceptible d’être aménagée pour les cycles dans Dijon métropole / 22 % dans la ville de Dijon
  • 90 % des pistes cyclables de la ville de Dijon rénovées pendant le confinement (notamment avenues du Drapeau et Jean-Jaurès ou encore boulevard Clemenceau), profitant de l’absence de circulation
  • 400 DiviaVélodi en libre-service dans 40 stations au cœur de Dijon 24h/24 et 7j/7
  • 800 DiviaVélo proposés à la location (sur abonnement) fabriqués à Dijon par les cycles Lapierre
  • 11 DiviaVéloPark à proximité des principales stations de tram et de bus de Dijon, Chenôve, Longvic et Quetigny avec 434 places
  • 5 147 arceaux à vélo recensés à Dijon
  • 2 station de gonflage pour vélos en libre-service : l’une rond-point de la Nation à Dijon (près du DiviaPark) installée dans le cadre des budgets participatifs par la commission de quartier Varennes-Toison d'Or-Joffre. L’autre mise en place par la ville de Quetigny (à proximité de la station de tram Grand Marché et du DiviaVéloPark)
  • 4ème ville de France de 100 000 à 200 000 habitants la plus favorable à l’utilisation du vélo (palmarès 2020 - fédération française des usagers de la bicyclette)

Top 3 des itinéraires les plus empruntés par les cyclistes

  • La voie verte le long du canal vers le lac Kir ou dans l’autre sens en direction de Longvic
  • Les allées du parc, de la place Wilson au parc de la Colombière
  • La piste cyclable depuis les facultés en direction de Chevigny-Saint-Sauveur